Commémoration de la journée internationale des détenus

C’est sous le thème « Prisonniers aujourd’hui, agents de développement de demain » que les Autorités Judiciaires et Policières ont commémoré ce dimanche 30 octobre 2011 la Journée Internationale des détenus. Dans la Juridiction du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, la journée était marquée par deux (2) grandes activités, l’une au Pénitencier National et l’autre à la Prison Civile pour les Femmes à Pétion-Ville, en présence des personnalités judiciaires, des Organisations Internationales, des Organisations de défense des Droits Humains. Cependant, en voyage de fonction à Tunis dans le cadre du suivi des recommandations issues de l’Examen Périodique Universel (EPU), la Protectrice a délégué Me Amoce AUGUSTE, Directeur Juridique de l’OPC pour prononcer ses propos de circonstance : (Lire le Discours de Me Auguste)

 

Allocution de la Protectrice du Citoyen

à l’occasion de la journée internationale des détenus.

A la Prison Civile de Port-au-Prince

30 octobre 2011

Madame le Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes

Monsieur le Substitut du Commissaire de Gouvernement de la juridiction de Port-au-Prince

Madame le Doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince

Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire

Monsieur le responsable de la région Ouest

Monsieur le Chef de Délégation du Comité International de la Croix Rouge en Haïti

Madame le Chef de l’Unité Correctionnelle de la MINUSTAH

Mesdames messieurs de la Presse Agents pénitentiaires de la PCPP

Messieurs de la délégation des détenus du PCPP Distingués invités

Mesdames Messieurs,

En voyage de fonction, la Protectrice du Citoyen et de la Citoyenne regrette infiniment de ne pas être en mesure de partager ce jour spécial avec vous tous ici présents. Elle s’en excuse respectueusement. Mais incapable d’accepter cette réalité et désireuse d’être présente à tout prix, elle m’a prié en tant que Directeur Juridique de l’institution qu’elle dirige, de vous communiquer son message de circonstance. Vu l’attachement particulier qu’elle a développé en fréquentant régulièrement les espaces pénitentiaires, et bien qu’aujourd’hui soit l’apanage des détenus, elle tient à adresser ses propos aux geôliers et à l’administration qui les coiffe, aux prisonniers dont ils ont la garde et bien sûr, à toutes les instances bienfaitrices de l’institution pénitentiaire sur toute l’étendue du territoire notamment au PCPP. Pour bien remplir son rôle de courroie de transmission l’OPC entretient des relations cordiales avec tous les intervenants capables de venir en aide à ceux qui sont privés de liberté, vous les 2.500 individus qui habitez ici.

Mais avant même de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais en parenthèses, vous présenter en quelques mots, l’Office de la Protection du Citoyen dont le sigle est OPC. D’abord c’est une institution constitutionnelle parce qu’elle a été créée par la Constitution de 1987, notre loi mère, la Charte fondamentale de notre pays. Ensuite c’est une institution indépendante. A telle enseigne, aux côtés du Conseil électoral permanent et de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, l’OPC occupe le titre 6 de la Constitution au Chapitre 4. Ceci veut dire également qu’elle n’a pas de tutelle. Sa principale mission consiste à protéger tout individu contre toutes les formes d’abus de l’administration publique au terme de l’article 207.

Partenaire privilégié de l’administration pénitentiaire qui joue le rôle de gardien des détenus sous contrôle du judiciaire, l’une des principales obligations de l’Office de la Protection du Citoyen consiste à visiter régulièrement les lieux de détention pour s’assurer que les conditions de vie minimales établies universellement y soient réunies et surtout que ceux qui sont derrière les barreaux privés de liberté, aient accès aux services de justice.

Pour avoir effectué tant et tant de fois le tour des prisons du pays depuis près de 15 ans, et pour avoir fréquenté assidument la prison civile de Port-au-Prince ces dernières années, l’OPC se trouve en excellente position pour féliciter toutes les instances qui ont accompagné les progrès réalisés au sein de l’administration pénitentiaire. Entre nous, l’OPC a semblé même noté un certain ralentissement dans les dénonciations très souvent méritées, portées contre la DAP au regard des conditions de vie dans les prisons. L’OPC profite donc de ce jour pour encourager tous les concernés à poursuivre sans relâche les efforts pour que l’année prochaine nous soyons en mesure de faire un bilan aussi positif de l’institution pénitentiaire. Car cette année l’OPC n’a pu s’empêcher de remarquer que l’environnement de la prison a sensiblement changé. La réhabilitation partielle de l’infrastructure du Titanic et de la cour attenante, la construction de préfabriqués, le réaménagement de l’infirmerie qui commence à ressembler à un petit hôpital. Que le Comité International de la Croix Rouge, l’USAID et la MINUSTAH en soit remerciés au nom des détenus bénéficiaires de ces améliorations.

Sur cette même lancée et dans l’objectif de garantir une certaine santé institutionnelle pour la DAP, il serait surtout approprié d’exhorter le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique à assurer la mise en œuvre rapide des directives données clairement par le Président de la République quant à la récupération de la DAP sous sa tutelle. Il parait qu’Haïti serait l’un des rares pays au monde à avoir une administration pénitentiaire sous le contrôle de la police.

Et maintenant mesdames messieurs vous allez me permettre de changer de registre.

Mwen di tout detenu ki nan asistans la bonjou. Mwen vle di nou tou gen yon moun ki mande m di nou bonjou tou.

Se yon tigranmoun fi, tèt blanch, tou kout tou piti, ki nan lakou prizon an tout tan. Li vin wè nou souvan isit la. Li konn jwe foutbòl avèk nou sou lakou titanic la. Li rele Pwotektris Sitwayen. Nou ka pa konnen li sou non saa, men mwen sèten tou swit nap wè ki lès liye, nap wè de ki moun map pale. Ti granmoun saa te oblije vwayaje, li pa p ka la avè nou jodi a, men li kite yon mesaj pou nou. Epi li mande m pou m li l pou nou. Louvri zorèy nou pou nou koute paske se ak kreyon ki nan kè l, li ekri pawòl sa yo.

« Frè m yo, mwen lwen anpil nan yon lòt peyi. E jodi a se jounen entènasyonal moun ki nan prizon. Pou sa ki fèk vini epi ki pa enfòme, se yon jou espesyal nan ane a, paske chak denye dimanch nan mwa oktòb, nasyonzini envite tout kretyen vivan pou yo reflechi, ak fè aktivite sou kesyon ki regade prizonye. Kidonk mwen di nou bòn fèt. Epi map pwofite fè yon ti koze avèk nou.

Premye bagay map di nou se pran kouraj. Pa gen moun ki ta renmen nan sitiyasyon nou. Pèsonn pa ta vle chanje plas avek nou. Se yon verite. Leta mete nou nan detansyon pou yon rezon kote se sèl konsyans nou ak otorite la jistis nan kad pouvwa lalwa ba yo ki konnen. Mwen pa gen poum pran pozisyon pou konnen si nou koupab osnon si nou inosan, sa a se travay lajistis. Travay mwen se asire m ke menm leta saa, pran tout dispozisyon pou li reponn ak obligasyon li. Nou pa dwe sibi okenn move tretman epi fòk dosye nou pase devan lajistis selon delè ke la lwa tabli.

Dezyèm bagay map di nou se kouraj ankò. Map raple, nou se moun tankou tout moun. Se pa paske nou nan prizon nou sispann gen diyite. Poutèt sa nou merite respè. Map raple nou tou, nou se sitwayen ki gen dwa men ki gen devwa ak obligasyon tou. Kidonk fòk nou fè fas ak reskonsablite nou. Pètèt si nou te vreman konsyan de prensip sa yo, nou pata la jounen jodiya. E se menm prensip saa ki fè nou gen misyon pou nou kenbe kote nap viv la pwòp. Mwen sonje gen yon afich devan Titanic la ki mande tout moun ki abite andedanl pou yo fè lapwoptay epi pou yo kenbe materyel nèf yo an bon eta. Se pou lòt ki vin apre, jwenn materyèl sa yo nan bon kondisyon. Sa rele fratenite ak solidarite. Sa rele lòd ak disiplin.

E poum fini, mwen vle nou konnen leta peye OPC pou l okipe zafé moun ki nan prizon tou. Mwen vle nou konnen mwen pase lòd nan biwo mwen pou zafè prizonye gen priyorite sou tout lòt bagay. Mwen vle nou konnen gen yon ekip moun deyò a kap okipe zafè nou gratis ti cheri. E si gen yon moun deyò a ki ap travay pou nou anpil se ekip saa avek mwen.

Jodiya se yon jou refleksyon. Ann reflechi pou n wè kouman nou menm andedan penitansye national nou ka kontribye pou nou fè peyi saa miyò. Nou chak grenn kretyen vivan ki isit la nou se sitwayen e antan ke sitwayen nou gen wòl nou pou nou jwe nan devlopman peyi nou. Fòk nou pran wòl saa trèzoserye.

Bon dimanch, e mwen pwomèt nou yon vizit dèke mwen tounen pou nou aktive dosye yo pi plis. Gaz kole. Pa yon jou anplis. Se mwen ki te kreye slogan saa. Kidonk ansanm ak otorite lajistis yo ki angaje yon lit san rete, kont detansyon manch long oson abisif, nap repete : Pa yon jou anplis pou moun ki nan prison!

Mèsi

VOUS ETES ICI Documents Commémoration de la journée internationale des détenus